ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
bobunivers 
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

PEINTURE ET ARTISTES-PEINTRES

CESANNE PAUL
 
 
1839 - Nait le 19 janvier à Aix-en-provence. Son père était banquier. Sa famille est originaire de Cesena, côté italien du Mont-Geniévre.
 
1852 - Interne au collège Bourbon. Se lie d'amitié avec Emile Zola .

 
1856 - Entre au cours de dessin d'Aix . Deuxième prix en 58 
1859 - Début de correspondance avec Zola. Il songe à aller continuer ses études à Paris, mais doit s'inscrire à la faculté de droit à Aix. 
1860 - Bagarre avec son père banquier, pour avoir sa liberté de se consacrer à la peinture .Parmi ses amis : le sculpteur Solari Numa Coste , le peintre Emperaire et le critique d'art Valabrègue. Il subit les influences de Loubon et des peintres Caravagesques du musée d'Aix. 
1861 - Paul s'installe à Paris. Il fréquente l'Académie Suisse où il rencontre Guillaumin et Pissaro . Crise et découragement aprés échec au Beaux-Arts . Il rentre à Aix où il travaille comme employé dans la banque paternelle . Il reprend des cours de dessin . 
1862 - Deuxième séjour à Paris. Il se lie avec Oller, Guillemet, Monet, Sisley et Renoir. Son admiration se porte sur Delacroix et Courbet. 
1864 - Nouveau découragement et retour à Aix. 
1867 - Paul est présenté à Manet 
1869 - Période de vie dramatique. 
1873 - Après l'affaire de la commune , il retourne a Paris.

 
1874 - Il prend part à la première exposition du groupe impressionniste grâce à Pissaro.  
1876 - Il refuse de participer à la deuxième exposition des impressionnistes. 
1877 - Il présente 17 toiles à la troisième exposition impressionniste . L'acceuil du public est toujours aussi défavorable qu'en 1874. 
1878 - Il se détache de l'impressionnisme. 
1885 - Mystérieuse aventure sentimentale qui ne lui laisse qu'amertume. 
1886 - Mariage avec Hortense Fiquet. Ruptture avec Zola. Mort de son père qui lui laisse une fortune importante. 
1887 - Expose au groupe des XX à Bruxelles. 
1891 - Première atteinte du diabète. 
1895 - Exposition chez Ambroise Vollard. Echec auprès du public, mais sa réputation est établie auprès des artistes et de quelques amateurs. 
1896 - Cure à Vichy et séjours à Tallaires sur le lac d'Annecy. 
1898 - Mort de sa mère. 
1900 - Sa renommée grandi et dépasse les frontières. 
1901 - Expose à la Libre Esthétique à Bruxeles et au Independants. 
1904 - Triomphe. Une salle entière lui est consacrée au Salon d'Automne. 
1906 - Le 15 octobre, surpris par un orage, alors qu'il peignait en pleine nature le " Cabannon de Jourdan ", il est frappé de congestion et quitte la vie le 22 octobre.  
 

SES OEUVRES LES PLUS IMPORTANTES
 
 
1861 - Peinture murale " Les quatres saisons " ( Musée du petit Palais ) et " Scène d'intérieur " ( Musée d'Art moderne à Moscou ). 
1867 - Portrait de " Valabrèque " et " d'Empère ". 
1869 - " L'Enlévement ", "L'Orgie " et " La tentation de Saint Antoine ". 
- " La maison du pendu " ( Louvre ) et " Déjeuné sur l'herbe ". 
1883 - " Nature morte à la soupière ". 
- "Cinq versions des joueurs de cartes ", " La série des Baigneuses " et " Montagne de Sainte Victoire ". 
1895 - " Pomme et oranges ". 
 
GAUGUIN PAUL
 
 
1848 Nait le 7 juin à Paris. Son père est journaliste à la " National ", sa mère est la fille du célèbre Flora Tristan Propagantiste. 
1851 Après le coup d'Etat , départ de la famille pour le Pérou. Le père meurt. Séjour de 4 ans à Lima. 
1855 Retour en France . Etudes au petit séminaire à Orléans. 
1865 Engagement dans la marine . Traversée du Havre à Rio de Janeiro . 
1871 Il entre chez un agent de change . Situation sociale exellente. 
1873 Mariage. 
Début de peintre amateur. Collection personel d'oeuvres impressionnistes [ Manet . Renoir . Cezanne . Pissaro . Monet . Sisley ]. 
1876 Il est reçu au salon avec " Paysages à Viroflay ". 
1880 Participe au 5ème salon des Impressionnistes. 
Départ pour le Danemark [ pays de sa femme ] avec son épouse et ses enfants. La crise éclate . Gauguin peint tous les jours. Il abandonne la Bourse. 
1885 Séparation avec sa femme. Il formule déjà son " Esthétique " . Il tombe dans la misère et travaille comme colleur d'affiches pour vivre . Séjour à l'hopital. 
1886 Dernière exposition avec les Impressionnistes. Il part pour Pont-Aven. En novembre, retour à Paris où il rencontre Van Gogh. 
1887 S'embarque pour la Martinique . Rentrée d'urgence , car il est terrassé par la fièvre et la dysentrie. 
1888 Première exposition particulière chez Boussod et Valadon, grâce à Théo, frère de Van Gogh. le 20 octobre , il arrive à Arles. Vie commune avec Van Gogh pendant 2 mois. 
1889 Passion pour les Japonais. Il s'installe au Pouldou avec Seguin, Filiger et le hollandais Meyer de Haan. 
1890 Retour à Paris. 
1891 Vie misérable à Montparnasse. Il fréquente des écrivains symbolistes. Décide de partir pour Tahiti , sinstalle à Papeete, mais deçu par le centre européen de la ville, il s'installe à 40 km de là, chez les indigènes. 
Travail intensif . Mauvaise santé. 
1893 Rentrée d'urgence, car il est malade et sans argent. Nouvelle tentative d'exposition à Copenhague. Le 3 aout, retour à Marseille.  
1895 Retour à Tahiti [ Papeete ]. 
1896 Souffrances physiques atroces, solitude et crise de désespoir. Reprise de courage en Novembre. 
1897 Mort de sa fille Aline. 
1898 Tentative de suicide. 
1900 S'installe aux Marquises. 
1902 Le corps ravagé par l'eczéma, il pense à rentrer en France pour se soigner. 
1903 Le 8 mai , il meurt vers 11 h.du matin.
 
 
OEUVRES IMPORTANTES
 
 
1876 [ Paysage de Viroflay ]. 
1886 [ La dance des uatres Bretonnes ] Pont-Zven. 
1888 [ Portrait de Vincent peignant les tournesols ] Arles [ Vision après le serment ]. 
1890 [ Filletes au pouldu ]. 
1892 [ L'esprit des morts veille ] Tahiti. 
1897 [ D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ]. 
1898 [ Le cheval blanc ] et [ La pastorale ]. 
1901 [ Et l'or de leurs corps ]. 
1902 [ Les cavaliers sur la plage ] et [ La famille Tahitienne ]. 
 
 
MATISSE HENRI
 
 
1869- Né à Cateau le 31 Décembre. 
 
1890- Se rend à Paris pour étudier le Droit, mais fréquente plus le Louvre que l'école. Découvre un traité de peinture de Goupil.
 
1892-Inscription à Paris dans l'Académie Julian. Puis il devient élève de Gustave Moreau. 
 
1898- Découvre la Provence. Il admire Renoir et Cezanne. Il travaille dans l'atelier Carrière où il se met à l'étude de la figure. Mêne une vie pénible, car ses toiles ne trouvent pas de succés. 
1900-Travail au decors pour l'Exposition Universelle. Fait de la sculpture. 
<1902-Expose à Cellioure (Peintres Fauves). 
1906-Matisse fait la connaissance de Picasso. 
 
1907-Quitte son attelier rue des sévres,et ouvre une Académie dans l'ancien couvent des Oiseaux. Son Académie se developpe bien. Il s'installe alors au couvent du Sacre Coeur..Beaucoup d'élèves. 
 
1908-Il publie ses "Notes d'un peintre", dans la "Grande Revue" 
1911-Fait successivement deux voyages au Maroc. Il abandonne la sculpture. 
 
1915-Expose à New-York ( Montross Gallery ). 
1917-S'installe à Nice où il fait la connaissance de Renoir. 
1919-Il fait une exposition d'ensemble chez Bernhein. 
 
1927-Il reçoit le premier prix à l'Exposition Internationale de Pittsburgh. 
1930-Il est invité comme membre du jury. La meme année il fait une rétrospective à Berlin. 
1931-Il séjourne à Tahiti , et a son retour s'arrête aux Etats Unis d'Amérique. 
 
1936- Organise des rétrospectives un peu partout: Paris, New-York, Stockholm. 
1938- S'installe à Cimiez ( Nice ). 
1939- Il se retire dans la vallée du Var (Vence)  
 
1943- Il subit une grave opération, dont il guérit en 1947. Epoque des papiers découpés. 
1954- Meurt à Cimiez (Nice) le 3 novembre. 
 
SES OEUVRES LES PLUS IMPORTANTES
 
 
1890 - [ Nature morte aux livres ] 
1896 - [ Paysages ] et [ Marines ] 
1897 - [ Le desserte ] 
1905 - [ Luxe, calme et volupte ] 
1907 - [ Nu bleu ] 
1909 - [ Harmonie bleue ] et [ Harmonie rouge ] 
[ Poissons rouges ] et [ Statue de terre rose ] 
1916 - [ La leçon de piano ], [ Jeune fille au bain] et [ La nature morte aux coloquintes ]. 
1919 - [ Les plumes blanches ]. 
1920 - [ Le chant du rossignol ]. 
1927 - [ Le compotier ]. 
 
SEURAT GEORGES
 
 
1859 - Nait à Paris. Fils d'un huissier . Il fréquente le Collège jusqu'à l'âge de 16 ans. 
1875 - Entre à l'école de dessin . Se lie d'amitié avec Aman-Jean. 
1877 - Copie de Holbein, Ingres, Poussin et Raphael. 
1878 - Entre à l'école des Beaus-Arts. 
1879 - Fait son volontariat à Erest . Premier contact avec la mer , dont ll fait de nombreux croquis. 
1880 - Retour à Paris. 
1881 - Etudie les techniques colorées de Delacroix. 
1882 - Premiers tableaux par touches mouchetées et par hachures. 
1884 - Il est refusé au Salon officiel, mais admis au Salon des Indépendants. 
1885 - Départ pour le port de Grandcamp ( Havre ). Premières marines. 
1886 - Exposition des Impressionnistes. 
1887 - Se rend à Bruxelles pour le vernissage de l'Exposition des XX. 
1889 - Quitte Paris pour la plage de Crotoy . Série de marines. 
1890 - Séjours à Gravelinas ( Dunkerque ). Expose aux XX de Bruxelles et aux Indépendants. 
1891 - Il participe aux célèbres et fameux banquets Symbolistes, présidé par Mallarmé. En mars il travaille à l'installation de l'Exposition des Indépendants. Un brusque accès d'angine infectieuse l'oblige à s'aliter. Il meurt le 29 mars. 
 
SES OEUVRES LES PLUS IMPORTANTES
 
 
1886 - " Dimanche d'été à l'ile de la Grande Jatte ". 
1887 - " La parade ". 
1890 - " Le cirque ". 
1884 - " Baignade ". 
1889 - " Le Chahut ". 
 
VAN GOGH VINCENT
 
 
1853 - Nait le 30 mars à Groot-Zundert. Fils ainé d'un pasteur, il est issu d'une famille honorable, de tradition calviniste. Ses trois oncles sont marchands de tableaux. 
1857 - Naissance de Théo, frère préféré de Vincent. 
1869 - Il est employé à la Galerie d'Art Goupil à la Haye, puis à Bruxelles. 
1873 - Il est transféré à Londre à la filiale anglaise de la Galerie Goupil. 
1876 - Il en est renvoyé . Il devient en Angleterre comme maitre d'école auxilliaire à Ramsgate puis à Isleworth. 
1877 - Il se rend à Amsterdam pour préparer l'entrée au séminaire de théologie à l'université. 
1878 - Echec et abondon des études. Inscription durant 3 mois dans une mission d'évangélistes. Départ pour le Borinage. 
1879 - Misère morale et matérielle absolue. 
1880 - Sa vocation d'artiste s'affirme. Il écrit a son frère de longues lettres déchirantes  
1881 - S'installe à Bruxelles. Reçoit des leçons privées d'anatomie et de perspective. Pemiers subsides de Théo . Conflits avec son père au sujet de sa carrière artistique. Drame sentimentale avec sa cousine . 
1883 - Demande de conseils à son cousin peintre Mauve qui ressent en lui son génie. 
1885 - Mort subite de son père . Départ pour Anvers, où il rentre a l'A.C.A. 
1886 - Départ pour Paris. Il va chez Théo qui le loge. S'inscrit à l'atelier Cormon. Rencontre Toulouse Lautrec. Adopte un moment la technique poitilliste. 
1888 - Brusque départ pour Arles. Le 20 octobre arrivée de Gauguin et deux mois de vie commune. La tension nait entre ces deux artistes. Le 23 décembre la crise éclate, Van Gogh tente de frapper Gauguin et se mutille l'oreille. Arrivée de Théo . Sejour de deux semaine à l'hopital. 
1889 - Retour à la maison. Hallucinations intermittentes, mais progressives. Interné à Arles . Période la plus féconde de sa carrière. Sur sa propre demande, il est admis à l'asile de St. Remy et soigné par le Docteur Rey. 
1890 - Premier tableau et seule vendu durant son vivant: " La vigne rouge ". Le 16 mai départ pour Paris, où il passe une période d'épanouissement et de fièvre intense. Le 27 juillet, dans la soirée,en plein champs, il tire une balle de revolver dans la poitrine. Le 29 juillet, il meurt à l'âge de 37 ans.  
 
OEUVRES IMPORTANTES
 
 
1883 - Premiers tableaux à l'huile, aquarelles, lithographies, études de paysages. 
1885 - " Les mangeurs de pommes de terre " - " Tête de paysan " 
1887 - " Autoportrait " 
1888 - " Les vergers en fleurs " - " Les tournesols " - " Le café le soir ". 
1889 - " Portrait de l'homme à l'oreille coupée " - " Nature morte aux oignons " - " La berceuse ". 
1890 - " La mairie d'Anvers " - " Trois grandes toiles d'immenses étendues de blé, sous un ciel troublé " - " Les cyprès " - "Les maisons ". 
 
 
***************************************************************************************** 
 
GLOSSAIRE ARTISTIQUE
 
 
 
ABSTRAIT : [ Art ] Art qui n'a pas pour objet la représentation d'objets réels. Assemblage totalement libre de formes, lignes et couleurs, choisies arbitrairement . Le phénomène de l'art abstrait représente une véritable rupture dans le cours de la vie des formes. 
 
ACADEMIE : Terme désignant les nus dessinés d'après un modèle vivant. 
 
ACADEMISME : Attachement aux traditions, à une vérité considérée comme absolue. Dès l'antiquité, les maîtres ont transmis à leurs élèves les connaissance du métier ; au Moyen Age ils tentèrent de codifier ces connaissances ( Traité de Théophile ), au XVIe siècle, les Carrache et Léonard de Vinci fondèrent des académies destinées non seulement à la formation professionnelle mais aussi à l'étude du beau. Les artistes italiens propagèrent en Europe le même état d'esprit, et leurs divers ateliers formèrent une véritable école, dont les constructeurs des châteaux de la Loire s'inspirèrent. On y professait que la beauté réside dans le corps humain. C'est au XVIIe siécle qu'apparait en France, le véritable académisme. L'Académie royale ( en 1648 ) obtient le droit d'enseigner ; en 1655 ce droit est converti en monopole et l'autorisation d'enseigner est subordonnée à l'assentiment de l'Académie. Le dessin d'après l'antique constitue la base de l'étude ; tout est mis en théorie, le trait, le clair-obscur, la disposition esthétique, la couleur, etc... Le Grand Prix de Rome est la consécration officielle d'un artiste ayant passé plus 
ieurs années d'étude dans la ville éternelle. Au XIXe siècle, les romantiques, les réalistes et les impressionnistes nieront l'utilité de l'enseignement officiel. 
 
 
ACCENT : Sensibilité d'un artiste ou sa manière très personnelle de s'exprimer dans l'oeuvre d'art. Marquer avec force . Touche appuyée dans la peinture . 
 
ANGLAISE ( dessin à l' ) Style de dessin qui n'utilise que le trai et les hachures parallèles: 
 
APLAT : Teinte sans aucun dégradé appliquée d'une façon uniforme sur une surface. 
 
ART CINETIQUE : Art qui intègre à l'oeuvre le mouvement réel. Les artistes cinétiques les plus célèbres exposaient chez Denise René à Paris. Parmi eux : l'américain Calder, le belge Bury, l'israélien Agam, le sud-américain Soto, le suisse Tingely et des groupes comme Nouvelle tendance, Groupe d'art visuel et Equipo 57 . 
 
ART PLASTIQUE : Tout ce qui, comme la peinture et la sculpture, consiste à reproduire les formes de la nature. ( Le terme de beaux-arts s'applique à l'architecture, la sculpture, la peinture et la gravure, auxquelles on adjoint la musique et la choréraphie ).  
 
BISTRE : Pigment brun noiratre , utilisé pour colorer les craies , les encres , et les pierres à dessiner . 
 
BLEU : Matière colorante dont on se sert pour peindre. Bleu de sèvre, décor sur porcelaine en couverte bleu foncé, spédialité de la manufacture de Sèvre. Bleu et blanc, porcelaine chinoise décoré en bleu de cobalt sous une couverte transparente. Les pigments, colorants et laques de couleur bleue les plus couremment employés sont le bleu d'outremer, de Prusse et de cobalt. Le bleu d'outremer, solide à la lumière,doué d'un faible pouvoir couvrant par opacité, mais d'un pouvoir colorant intense, il résiste bien à la chaleur. Le bleu de Prusse est solide à la lumière, doué d'un faible pouvoir couvrant, mais d'un pouvoir colorant très élevé, il ne résiste pas aux bases, ce qui en prodcrit l'emploi dans certaines peintures. Le bleu de Prusse est très employé, soit seul, soit mélangé avec le jaune de chrome ou de zinc pour la fabrication des verts. Les bleus de cobalt, très solides à la lumière, d'un pouvoir colorant très élevé; ces pigments sont, en raison de leur prix, réservés à l'industrie de la céramique et à la peinture d'art.  
 
BODY ART : Mode d'expression à intentions esthétiques ou critiques, utilisant le corps de l'artiste comme terrain d'exercice. 
 
CLAIRE-OBSCUR : Style de peinture ou de dessin utilisant le modelé pour traduire les reliefs, qui se caractérise par un éclairage parcimonieux et des zones d'ombres intenses. 
 
COLLAGE : 1- En général, tout assemblage d'éléments hétérogènes. 2- Association de fragements de papier ou autre matière à une peinture. 3- Image poétique insolite obtenue par une combinaison de fragments de gravure et de dessin.  
 
COLORIS : Impression générale produite par les couleurs d'un dessin ou d'une peinture. 
 
CONTOUR : Ligne qui délimite la forme extérieure d'un objet. On distingue le contour apparent, que l'on voit vraiment depuis un point de vue donné, et le contour fictif ou contour caché, qui est reorésenté sur certains dessins. 
 
COULEUR CHAUDE : Se dit d'une couleur qui se touve du côté du jaune et du rouge dans le spectre. Les couleurs chaudes sont " saillantes " , parce quelles semblent avancer par rapport aux couleurs froides. 
 
COULEUR FROIDE : Se dit d'une couleur qui se trouve du côté du bleu et du vert dans le spectre. Les couleurs froides sont " fuyantes " parce quelles semblent reculer par rapport aux couleurs chaudes. 
 
COULEUR LOCALE : En termes de peinture et de dessin, désigne la couleur propre de l'objet, par opposition aux couleurs produites par les ombres et les reflets. 
 
COULEUR PRIMAIRE : Dans les arts plastiques, ce sont le bleu, le jaune, et le rouge, dont le mélange permet de reconstituer toutes les autres couleurs ( théoriquement ). 
 
CUBISME : Représentation fondée sur l'analyse des volumes et leur projection sur la toile sous des points de vue multiples: c'est le cubisme analytique ; le cubisme synthétique utilise de plus, la transparence et autres, et il évolue vers le cubisme hermétique, voisin de l'abstraction. 
 
DADAISME : Mouvement de révolte intellectuelle qui apparut entre 1915 et 1922; il visait à contester radicalement toutes les valeurs morales et esthétiques de la société bourgeoise. 
 
DEGRADATION : Affaiblissement ou éclaircissement d'une teinte. 
 
DEGRADE : Succession de teintes de plus en plus claires. En principe, la diminution d'intensité est plus insensible dans le fondu, mais ces deux termes sont souvent synonymes 
 
DRIPPING : Projection aléatoire directe de goutelettes de peinture. Imaginé par Max Ernest vers 1945, et très utilisé par Jackson Pollock à partir de 1947. 
 
ENDUIT : Couche de fond travaillée pour produire des effets impossibles à atteindre en peignant directement. Il existe du blanc de préparation ainsi que des pâtes délayables à l'eau et à séchage rapide. 
 
ESQUISSE : Premier jet d'une oeuvre dessinée, où sont indiqués l'emplacement et les proportions des principaux éléments de la composition. Se différencie du croquis, qui est une oeuvre indépendante, parfois même définitive. 
 
ESTAMPE : Reproduction d'un dessin ou d'une peinture obtenue par impression à partir de l'original. Ce terme est réservé aux reproductions artisanales, par opposition aux reproductions photo-mécaniques. 
 
EXPRESSIONNISME : Priorité donnée à l'expression subjective des sentiments. Plus spécialement, tendance de l'art germanique et nordique du début du XXe siècle, caratérisée par une modification violente des couleurs et des formes naturelles. 
 
FIGURE : Désigne souvent le ou les personnages d'une composition , de forme abstraite ou non. 
 
FILIGRANE : Motif qui apparaît par transparence quand on regarde certains papiers à contre-jour. 
 
FIXATIF : Liquide protecteur qui est vaporisé sur un dessin au fusain, au crayon ou au pastel, pour éviter qu'il ne s'efface. 
 
FONDU : Application d'une teinte dont l'intensité diminue insensiblement. Voir Dégradé. 
 
FROTTIS : Synonyme de demi-couverture, et procédé d'obtention d'une demi-couverture. 
 
FUYANTE : Toute ligne qui part du premier plan pou s'éloigner vers l'arrière-plan et qui est rendue oblique par la perspective. 
 
GOUACHE : Couleur opaque et onctueuse, qui ne peut absolument pas se substituer à l'aquarelle pour les lavis. Seule la gouache blanche est parfois utilisée pour les rehauts ( avec l'aquarelle, les blancs sont toujours laissés en réserve, et il n'existe pas d'aquarelle blanche.  
 
GUIDE : Se dit d'un instrument qui facilite le tracé des droites, des courbes ou de certaines formes. Les règles, les équerres, les trace-lettres et les gabarits, par exemple, sont des instruments-guides. 
 
HACHURES : Traits parallèles sur lesquels on peut tracer de nouveaux traits en sens contraire pour obtenir une grille serrée ou lache selon la valeur désirée. 
 
LAND ART : Modification d'un paysage réel par une intervention de l'artiste. 
 
LAVIS : Appplication d'une teinte transparente qui peut être de l'encre ou de l'aquarelle diluée . Le lavis sert à colorier une image ou à obtenir un modelé.  
 
LIANT : Substance que l'on mélange avec le pigment pour donner de la consistance à une matière colorante,assurer sa bonne conservation et lui permettre d'adhérer au support. La proportion de liant détermine également le degré d'intensité de la nuance. 
 
LINEAIRE : Se dit d'un dessin où ne sont représentés que les contours. 
 
MASSES : Principaux éléments d'une oeuvre dessinée, à l'exclusion de tous les détails. 
 
MINE DE PLOMB : Désigne le crayon graphite, et plus généralement un dessin exécuté au crayon graphite. Ce terme est très couramment employé dans les catalogues d'expositions. A l'origine, la mine de plomb était une pointe de métal qui laissait une trace grise sur le papier ou le parchemin préparé ou non avec une poudre ( poudre d'os, craie ou pierre ponce ).  
 
Modelé : Représentation du relief au moyen des ombres et des lumières. les différentes valeurs sont traduites par des hachures ou un dégradé. 
 
MOTIF : ( dessin sur le ) Dessin exécuté devant le paysage représenté, et non d'après des croquis ou des photogrqphies. 
 
 
NEO-PLASTICISME : Art abstrait géométrique de Piet Mondrian et du groupe néerlandais De Stijl. 
 
OP'ART : Utilisation d'éléments simples de la géométrie et de la physique pour provoquer des phénomènes opéiques dynamiques, souvent avec la participation active du spectateur { cinétisme ). 
 
PASSAGE : En terme de dessin et de peinture, désigne la transition entre les ombres et les lumières ou entre les teintes. 
 
Perspective aérienne : Procédé qui consiste à représenter l'éloignement relatif des objets au moyen d'une dégradation des teintes ou des valeurs. S'oppose à la perspective linéaire ( qu'elle complète souvent ) où sont représentées les déformations apparentes des objets et la réduction de leurs proportions relatives. 
 
PIERRE A DESSINER : Pierre artificielle à base de matière argileuse, colorée en gris, noir, bistre, sanguine ou blanc, qui se présente sous forme de bâtonnet ou de mine. 
 
PIGMENT : Substance qui donne sa couleur à une matière colorante. 
 
PINCEAU : Les principaux que l'on utilise dans l'art du dessin sont en poils d'écureuil, de porc, de petit-gris ou de martre/ Ces deerniers étant les plus doux, sont plus recommandés pour les lavis. 
 
POP'ART : Mouvement né en 1956 en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Le pop'art incorpore à ses créations l'imagerie populaire , des photographies, des objets de série, etc. 
 
RACCOURCI : Représentation des déformation et du tassement apparents subis par un sujet vu en perspective. 
 
REHAUT : Touche blanche ou de couleur vive destinée à accentuer un effet de lumière. 
 
RENDU : Reproduction fidèle d'une impression visuelle. 
 
RESERVE : Partie d'un dessin ou d'une peinture où le support est laissé à nu. 
 
SANGUINE : Pigment à base de peroxyde de fer dont les nuances peuvent aller du rouge-orangé au brun rougeâtre. C'est un des colorants traditionnels des craies et des pierres à dessiner. 
 
Sépia : Substance extraite de la vessie des seiches, utilisée pour les lavis ou pour colorer les encres et les peintures. La sépia est un peu plus foncée et plus terne que le bistre. 
 
SUPPORT : Surface sur laquelle est exécuté le dessin ou la peinture. Pour les dessins, le support habituel est le papier.  
 
SURREALISME : Mode d'expression poétique, primitivement littéraire, visant à faire surgir des images issues de la profondeur du subconscient , d'où l'importance des symboles de l'érotisme de l'angoisse et de la violence. 
 
TEINTE : Résultat du mélange d'une couleur pure avec du noir ou du blanc. Les demi-teintes sont les valeurs intermédiaires. 
 
TON : Aspect particulier d'une couleur pure. Par exemple, le rouge vermillon est différent du rouge cerise, et le bleu outremer du bleu ciel. Il ne faut pas confondre les tons et les nuances, qui résultent du mélange de deux ou plusieurs couleurs. 
 
TRAIT : Synonyme de ligne dans la plupart de ses acceptions. Le dessin au trait comporte exclusivement des lignes, des hachures et des pointillés 
 
 
VALEUR : Intensité d'une couleur, d'une teinte ou d'une nuance. Dans les dessins en noir et blanc, la gamme des valeurs s'étend du noir au blanc purs en passant par une série de gris. Ce terme est souvent interchangeable avec celui de demi-teinte. 
 
VERNIS A RETOUCHER : Vernis incolore, transparent, qui donne de l'éclat aux couleurs dans la peinture à l'huile. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

(c) Bennaceur Ghannam - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 4.12.2011
- Déjà 5803 visites sur ce site!